Pour un premier voyage de pêche en Suède, nous avons joué la sécurité en passant par l'agence WORLD PREDATOR FISHING. Notre destination : le lac de LANGHALSEN, à 1h30' de STOCKHOLM.
Le lac est vraiment magnifique, avec très peu d’habitations en bordure. Une zone de 400 hectares est réservée aux clients du camp (6 pêcheurs au maximum, avec 1 chalet pour 4 et un chalet pour 2). Les quelques propriétaires riverains ont aussi le droit de pêche, mais nous n’en verrons aucun de la semaine.
Le chalet "tout confort" est situé en bordure du lac et les barques sont au top, équipées de sondeurs et d’un moteur thermique de 6 CV.
En six jours de pêche, nous avons pris chacun environ 50 poissons. La taille moyenne des poissons est de 70 à 80 cm, avec 4 ou 5 poissons au dessus de 80 cm, un 91 cm et un 98 cm.
Les 3 premiers jours, la météo fut difficile pour la pêche, puisque nous avons eu grand beau et pas un brin de vent, les pires conditions pour pêcher le brochet sur ce lac. Cette météo nous oblige à pêcher de 5h à 11h, puis, après une bonne sieste, de repartir pour une session de 18h à 23h. C’est à priori la meilleure solution par très beau temps et en l’absence de vent. Il ne fait réellement nuit que de 23h30' à 3h30'… Nous tirons tout de même notre épingle du jeu en pêchant les roselières au spinner.
Les brochets suédois ont une énergie incroyable et même quand on les tient bien, ça remue dans tous les sens... attention les doigts. De nombreux brochets ont des marques fraiches et profondes d’attaques de leurs congénères, même des brochets de 80 cm sont attaqués. Ça laisse rêveur sur la taille de ceux qui laissent ces traces.

Les sandres aussi étaient agressifs, avec un beau spécimen pris sous le soleil, mais nous les laisserons vite tranquilles, ils sont encore un peu charbonniers et surtout on est trop attiré par les brochets.
Les jours suivant le vent va se lever, la température baisser et les brochets s’énerver.

L’organisateur nous propose d’essayer une journée le lac BAVEN. La pêche y sera beaucoup plus sportive. Beaucoup de vent et il faut pêcher les haut fond (parfois moins de 50 cm). Des conditions de navigation très dures et des ancrages délicats, le vent nous rabattant sur les hauts fonds. Après quelques frayeurs sur les premiers hauts fonds, nous nous rabattons sur les baies abritées où l’on a pris nos premiers poissons aux jerks.
Les poissons font la navette entre les roselières et les hauts fonds. L’équipe qui maitrisera le mieux les ancrages prendra 24 poissons cette journée là, essentiellement au Buster jerk. Si le lac BAVEN est magnifique, avec un super potentiel, il est aussi un peu plus dur à pêcher, avec ses concentrations de poissons sur les hauts fonds.

Retour à LANGHALSEN pour finir la semaine : le vent est toujours là et les poissons actifs. La dernière journée sera la plus belle avec 26 poissons, à deux sur une barque, tous pris aux gros jerks dans les vagues devant les roselières. Le moteur thermique à tourné toute la journée, du power fishing au thermique et au gros jerk à genoux sur la plateforme du bateau … physique, mais le pied total avec des poissons très agressifs, les leurres très bruyant faisant clairement la différence.

Côté leurre, ceux qui ont le mieux marché : spinners (ne pas hésiter a en prendre plusieurs, les jupes souffrent !), Buster jerk, cranks pour taper sur les cassures, Freddy long horn (tant qu’ils gardent la bavette !), Zalts, swimbaits…

En résumé, un superbe voyage, avec des poissons hyper combatifs et un environnement… paradisiaque. L’accueil d’Alain CAVARD, avec sa femme et deux jeunes de l’équipe qui vivent sur place à LANGHALSEN est vraiment impeccable. On viendra même nous chercher un matin pour nous emmener voir un mère élan qui venait de mettre bas en lisière de bois. Nous avons eu tous les conseils nécessaires, le réapprovisionnement en leurres et en petits matériel est prévu. Bref, professionnalisme et gentillesse, qui nous ont permis de passer un super séjour.

Didier DUCLAUT

 
   
   
   
     
Accueil                    Carnet de voyages