PÊCHE DES CARNASSIERS SUR LE LAC DU TERNAY

LES ACTIONS DE VOTRE ASSOCIATION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE CETTE PÊCHE


Amis pêcheurs,

Votre Bureau a pris en 2001 la décision de développer fortement l’attrait pêche des carnassiers sur ce lac et de faire de ce plan d’eau une référence reconnue du Nord-Ardèche pour une technique de pêche prisée par de plus en plus de pêcheurs.
En cette fin d’année 2007, il nous a semblé nécessaire de vous présenter l’ensemble des actions entreprises pour le développement de cette pêche sur ce site exceptionnel qu’est le lac du Ternay.

Une phase de diagnostic a été réalisée en 2003 avec deux campagnes de pêches d’inventaire qui ont permis de connaître l’état du stock des populations de poissons du lac. En résumé, une bonne population de perches communes avec des tailles plus que respectables (poids supérieur au kg) et une bonne présence du sandre. Le brochet est faiblement présent : les difficultés pour effectuer sa reproduction naturelle, liées au manque de supports de ponte, sont démontrées par les résultats de ces pêches (déséquilibre du en partie aux fluctuations du niveau d’eau qui induisent une pauvreté de la ceinture végétale de bordure). Les cyprinidés (gardons, ablettes, brèmes, chevesnes,…) sont bien représentés.

L’analyse de ces résultats par les différents partenaires (Conseil Supérieur de la Pêche, Fédération Départementale de Pêche de l’Ardèche, Bureau de l’A.A.P.P.M.A., pêcheurs de carnassiers) a conduit à la mise en place d’un plan de gestion piscicole comportant plusieurs types d’actions à mener : empoissonnement, reproduction, mode de gestion, qualité et gestion de l’eau, aménagement piscicole.
Certaines de ces actions sont de notre ressort, mais d’autres sont tributaires d’acteurs extérieurs et seront nécessairement plus longues à mettre en place. Des actions ponctuelles peuvent aussi compenser partiellement les problèmes rencontrés (ex : pose de frayères artificielles).

Nous avons donc déjà travaillé sur les points suivants :
. Un empoissonnement en brochets maillés, brochetons de 300g et sandres maillés est effectué tous les ans depuis 2003. Tous les 2 ans, un empoissonnement en poisson fourrage (gardons et rotengles) est aussi réalisé. Cela représente un budget annuel moyen de 3300 €.
. Aide à la reproduction : nous installons chaque année des frayères artificielles pour compenser le manque de végétation aquatique et l’effet des marnages. Leur surface a été doublée en 2004.
. Sur le volet mode de gestion, nous n’avions jusqu’à présent pris aucune décision. Après délibérations, le bureau a décidé qu’à compter du 1er novembre 2007, le nombre de captures de carnassiers (brochet ou sandre) sera limité à 2 par jour. Ce quota s’ajoutera aux efforts déjà entrepris et apportera un plus à notre action. Ce sera un élément supplémentaire pour une pêche de qualité responsable et respectueuse du milieu.

Toutefois, une action complémentaire à l’initiative de chaque pêcheur, serait elle aussi très efficace : prendre la décision d’augmenter la taille légale de capture réglementaire de 10 centimètres pour les carnassiers et donc de ne conserver que les sandres d’une longueur supérieure à 50 cm et les brochets d’une longueur supérieure à 60 cm. Ce serait ainsi plusieurs dizaines de poissons qui pourraient frayer une année supplémentaire et augmenter ainsi le potentiel piscicole du lac. Cela n’en vaut-il pas la peine ?
Pour les adeptes de la pêche au vif, un ferrage à la touche s’impose : il évite au carnassier de trop engamer le vif. Il faut savoir que le taux de survie est quasiment nul en cas d’engamage trop profond, car il provoque des lésions irréversibles.

Pour les actions multi-acteurs inscrites dans le Contrat des Trois Rivières, nous souhaitons vivement leur démarrage et une mobilisation des élus du bassin annonéen pour les soutenir.

De notre côté, nous continuerons notre travail et notre partenariat avec le Syndicat des Trois Rivières pour que ces actions voient enfin le jour. Deux actions nous semblent essentielles : redonner une qualité à l’eau du ruisseau du Ternay qui alimente le lac, aménager la réserve de l’amont (située à l’arrivée du ruisseau) pour en faire un lieu toujours en eau avec une végétation aquatique permettant une reproduction de qualité pour les brochets et, bien sûr, les autres espèces cyprinicoles. De plus, cet aménagement contribuerait à améliorer la qualité de l’eau en jouant un rôle de filtre naturel.

Afin de compléter ces initiatives et devant le succès rencontré par la reconstruction de la cabane située au sud (totalement détruite fin 2004 par une mini tornade), nous avons reconstruit la cabane Nord cette année. Nous avons ainsi deux abris harmonieux, intégrés dans le cadre boisé du site, de chaque côté du lac. Ils seront les bienvenus en cas de mauvais temps et vous permettrons peut-être alors d’échanger conseils et techniques sur les différentes pêches du carnassier !

Voilà , en quelques mots, une partie du travail du Bureau de votre association concernant le lac du Ternay. Bien entendu, tout cela nécessite du temps pour vos bénévoles et votre soutien nous est plus que nécessaire : n’hésitez pas à vous faire connaître pour nous aider dans les différentes tâches annuelles : pose des frayères, empoissonnement, surveillance, ...

Enfin, n’oubliez pas que la pêche doit avant tout rester un plaisir et ne peut se résumer à une systématique prédation. Il est grand temps de se poser une question toute simple : ne vaut-il pas mieux multiplier les prises avec le plaisir du combat avec le poisson au bout de la ligne que de se contenter d’hypothétiques prises finissant obligatoirement dans une assiette ?

Patrick PACHOT, Président de l'association

 


LA GAULE ANNONÉENNE
Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique

RÉGLEMENTATION DE LA PÊCHE
 DES CARNASSIERS AU LAC DU TERNAY

PRÉLÈVEMENT MAXIMUM AUTORISÉ :

DEUX CARNASSIERS PAR JOUR
(brochet ou sandre)

ARRÊTÉ RÉGLEMENTAIRE PRÉFECTORAL- POURSUITES EN CAS D'INFRACTION